D'un autre Genre  Index du Forum D'un autre Genre
forum pour Transsexuel(le) du Québec


Les limites et exigences d'une évaluation psychologique
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Centre d'information -> Psychologie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 16:12:54    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Ce post est très long, mais je trouvais important de nuancer mes propos au maximum pour bien comprendre la réalité d'un ou d'une profesionnel(le) de la santé psychologique.


Je vois beaucoup de gens sur ce forum qui questionnent leur thérapeute, certains et certaines qui trouvent que les choses traînent. Des fois, le ou la thérapeute résiste à la demande, prennent des mois avant d’écrire la lettre tant convoitée. J’ai lu l’histoire de Reiko sur un autre poste où cela fait trois ans qu’elle abordait le sujet avec sa thérapeute sans que des mesures ne soient prises et cela m’a un peu choqué. J’aimerais partager un peu ma vision en tant qu’étudiante au doctorat en psycho et futur psy.

Ce n’est pas mon rôle de critiquer ou remettre en question vos thérapeutes. Je ne connais pas vos situations particulières et même si je ne suis pas encore membre de l’ordre, ce serait tout de même une faute déontologique de faire une telle critique, surtout que chaque situation est unique. Mais les histoires que je lis me suggèrent ce commentaire en général.

La psychologie, c’est vaste. Un parcours pour devenir psy en 2013 prend environ 12 ans. On nous bourre la tête de bio, de pharmaco, de neuro, de théories de la personnalité, de psychopatho, de théories sur le développement cognitif et affectif, etc. Mais malgré ce bourrage de crâne intensif, on ne connaît pas tout et on doit se spécialiser et aller chercher des formations supplémentaires après notre diplôme pour des problématiques plus spécifiques. En 12 ans d’études, je ne crois pas par exemple que j’aurai entendu parler une seule fois dans un cours ou une conférence de trouble de l’identité de genre, pour vous dire à quel point même un professionnel peut avoir des limites, surtout sur cette problématique. Alors n'hésitez pas à "challenger" votre thérapeute, c'est son devoir de lire et de s'informer là-dessus et même de consulter un autre profesionnel spécialisé si nécessaire. Un psy qui vous suit pendant des mois, voir des années et avec qui l’enjeu de l’identité de genre revient souvent devrait, si c’est un domaine inconnu pour cette personne, avoir le réflexe de référer à un ou une spécialiste pour évaluation. Cela n’empêche pas de continuer la relation thérapeutique, mais au moins soumettre cet enjeux à quelqu’un de spécialisé. Par exemple, la mode en ce moment, ce sont les enfants qui sont évalués pour déficit de l’attention. Bien souvent, ce sont les psys spécialisés en neuro qui vont faire les évaluations. Mais la majorité des cas qui leur sont soumis sont en réalité des problèmes de développements affectifs qui jouent sur les capacités de concentration de l’enfant et en général, le neuro va référer à quelqu’un de spécialisé en développement affectif de l’enfant pour poursuivre le travail. C’est notre devoir déontologique de reconnaître nos limites et de travailler en équipe avec d’autres professionnels. D’ailleurs, dans les hôpitaux, les équipes sont souvent multidisciplinaires.

Par contre, au risque de me faire lyncher, je dois défendre mes collègues un peu et on doit éviter de tomber dans un autre extrême. La mode depuis l’arrivée de l’Internet (et les médecins peuvent aussi en parler) est celle de l’auto-diagnostique. Une personne a ouvert le DSM, a lu la description symptômatique d’un trouble, les cas les plus communs que l’on voit en consultation étant le trouble de l’anxiété généralisé ou la dépression majeure, et vont tout de suite arriver en consultation avec une liste de réclamations (prescriptions d’anxiolitiques ou d’anti-dépresseurs, etc). Hors, un professionnel qui ne questionnerait pas cela serait en faute grave et passible de sanctions (trop de médecins de famille pressés par le temps le font quand même, mais en psycho, on est plus surveillés). Et de toute façon, le DSM est très contesté et exige un jugement clinique pour le compléter. Une évaluation psy, même s’il y a des indices évidents d’un enjeu, ça prend entre 3 et 5 heures. Et parfois plus pour des cas plus complexes qui mélangent par exemple troubles neuros avec troubles affectifs (comme la dyslexie ou la démence) ou encore troubles de la personnalité. Il est du devoir du thérapeute de questionner le sens de la demande du patient et de gratter. Je suis avec vous, je comprends ce que vous ressentez car je le vis. J’aimerais tant arriver à mon rendez-vous avec madame Talbot et que dès la première heure, elle me fasse ma lettre et voir un endocrino tout de suite après. Je ne connais pas les exigences en sexologie, mais n’importe quelle évaluation en une heure, aussi évidente qu’elle puisse paraître, serait questionnable d’un point de vue professionnel, alors il faut faire attention. Mais il y a une limite. Quand ça fait des mois, voir des années que l’enjeu revient et que le ou la thérapeute reste aveugle à cela, c’est aussi une faute grave.

Toute évaluation exige une anamnèse (un résumé de l’histoire de vie dans des sphères spécifiques qui touchent à l’enjeu). Peut-être qu’un chirurgien n’en a rien a faire, mais un autre professionnel de la santé psychologique trouvera cette info très utile. Parfois des tests standardisés. Des impressions basées sur des observations en entrevue. Un résumé de la problématique. Et aussi un diagnostique différentiel (par exemple, le DSM exige d’exclure tout potentiel schizophrénique avant de conclure à une dysphrosie de genre). Ça fait en général 5 ou 6 pages.
Donc la morale est, ne soyez pas trop sévère avec un ou une thérapeute lors des premiers rendez-vous. Ça prend un peu de temps connaître une personne et évaluer un enjeu particulier. Mais ne vous laissez pas non plus traîner pendant des mois. Tout est dans l’équilibre entre les deux. Et un/une thérapeute, ça se magasine. N’ayez pas peur si vous êtes inconfortable de changer. Vous aurez peut-être l’impression de découragement de devoir « recommencer » avec quelqu’un d’autre, mais souvent, c’est plus efficace quand la relation thérapeutique réussit à s’installer et on peut faire plus en quelques heures avec un/une thérapeute avec qui on a une belle relation qu’en des mois ou même des années avec quelqu’un qui nous rend inconfortable.

Voilà, j'espère que ma vision de "l'intérieur" sera un peu utile.
 
Publicité






 MessagePosté le: 24/02/2013 16:12:54    Sujet du message: Publicité Back to top

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Apany
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 01 Jan 2013
Messages: 520
Localisation: Montréal
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 18:54:05    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Quand j'ai été consultée, je savais que ç'allait prendre du temps et je n'étais pas nécessairement pressée. Ça m’a pris autour de deux ans pour accepter et croire que j'étais peut-être transsexuelle. Cependant, c'était de l'auto-diagnostique, alors étant quelqu'un de très rationnel, je me devais de trouver une personne spécialisée dans ce domaine afin de confirmer ou infirmer ma thèse. Ainsi, à la fin avril j'ai trouvé la psychologue Nicole Marek sur le site de "Psychologie Today" (je ne connaissais pas encore ce forum). Elle m'a dit dès le départ que les quatre premières rencontres seraient uniquement pour apprendre à me connaître psychologiquement et qu'elle n'allait pas donner de "diagnostique". Ce qui me convenait parfaitement parce que je trouvais ça tout à fait logique. C'est uniquement en début septembre que j'ai eu ma lettre pour les hormones, soit après 18-19 séances. Certaines personnes ici trouveraient ça énorme, mais pour moi c'était le temps qu'il me fallait.

Aujourd'hui, je la vois tous les mois. Je pourrais facilement la voir une fois par deux mois, en fait elle me propose cette option à chaque séance, mais je sens encore le besoin de la voir aussi souvent. J'ai une bonne relation de confiance avec elle et cela me permet de discuter de mes émotions, de certaines situations et autres choses sans gène. C'est à mon avis l'une des choses les plus importantes qu'on doit avoir avec son psy.

Tout ça pour dire que je suis complètement en accord avec toi Loulou. Si ma psychologue avait voulu me donner ma lettre en moins de cinq rencontres, j'aurais été voir ailleurs parce qu'au début j'étais réellement confuse. Donc, il aurait été extrêmement risqué de me diagnostiquer quelque chose du genre aussi rapidement.

Pour finir, je me suis d'une certaine façon auto-diagnostiquée il y a certains temps pour la dyslexie et dernièrement pour une personnalité évitante. N'ayant jamais été voir un professionnel pour cela, ceci reste à mes yeux uniquement du domaine de l'hypothèse. Je devrais en parler justement à ma psy pour avoir des références.
 
Michèle-Janick
papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 164
Sexe: Femme
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 19:37:11    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Je n'ai pas vu ici de personne qui se plaint des délais de leur thérapie.

Reiko est un cas différent car sa vision de la transsexualité ne cadre pas avec les méthodes de diagnostique de dysphorie du genre.

L'évaluation dure 6 mois et c'est au patient de demander les lettres quand le temps est venu.

Si les transitions de certaine personne semblent s'éterniser c'est beaucoup plus parce que ces personnes font des pause dans leur thérapie.

Y'a t'il vraiment quelqu'un ici qui se plaint du travail de son psy ?

À part moi qui s'est plaint de l'hôpital général et de leur méthode de suivi ancestrale et de leur arnaque financière je ne vois pas ce qu'on peut reprocher à nos psy ?
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 19:48:49    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Michèle-Janick : C'est peut-être moi qui ai mal interprété certaines interventions sur le forum comme de l'impatience. J'ai vu aussi quelques commentaires négatif sur le temps d'attente d'une clinique (je ne me rappelle plus du nom exact du docteur en charge, ça avait une sonorité arménienne je pense et je crois que l'on parle du même) et certains thérapeutes en régions qui semblaient moins connaitre nos enjeux. Je crois dans mes collègues et j'ose croire que la majorité seront profesionnels et correct. Je voulais juste préciser que, d'un côté une évaluation prend du temps malgré l'urgence qui nous habite, mais que de l'autre, il ne faut pas non plus trop idéaliser le psy et quand même croire en son propre travail d'introspection. Et dire aussi que la psycho est très vaste, alors le psy doit rester humble face à une réalité qu'il ou elle ne connait pas trop.

Apany : À l'UQAM, des étudiants en neuropsychologie font des évaluations de dyslexie pour entre 20$ et 30$ de l'heure. Le rapport produit, même si c'est par des stagiaires, peut être utilisé pour obtenir des ressources car les ils sont supervisés par des professeurs/psy d'expérience (exemple de l'équipement spécialisé à l'université ou au cégep, etc). Pour la personnalité évitante, tu sais, on a tous un "style" de personnalité et c'est bien correct, toutefois si ça te cause de la souffrance, aborde-le avec ta thérapeute. Si elle est psychologue, elle devrait pouvoir explorer cela avec toi.

Édit : pour l'évaluation de la dyslexie, sans faire de promesse, ça prend environ 3 séances de 3 heures et ce sont surtout des test. Le rapport d'évaluation ne coûte rien.
 
Michèle-Janick
papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 164
Sexe: Femme
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 20:00:27    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Loulou est ce que tu parles de la clinique des troubles de l'identité du genre de l'hôpital Général et du Dr. Assalian ?

C'est de la merde cette clinique et une arnaque financière. Le Dr. Assalian est beaucoup plus intéressé par son argent que vouloir vraiment aider les personnes trans.
Ceux qui entrent dans cette clinique finissent tous par en ressortir des années plus tard ruinées et avec aucune lettre de recommendation.
Finalement elle recommence toute leur thérapie avec un autre spy. (Comme moi j'ai fait.)
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 20:08:41    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Dr Assalian, oui c'est bien cela.

Mais bon, mon post était justement pour ce genre de situation. Quand nous allons en thérapie, surtout pour obtenir "la" lettre, nous sommes tous un peu vulnérables et on ne sait pas trop quelles sont les limites acceptables. Des fois on va en prendre trop (comme ça semble être le cas pour ceux qui ont visité cette clinique), et des fois on sera trop impatient. Donc on peut laisser un peu de temps au processus au début, mais c'est important aussi de faire confiance en son feeling et ne pas hésiter à remettre en question un peu ce qui se passe.

C'est juste cela dans le fond.
 
Samuel
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2012
Messages: 1 353
Localisation: Montréal
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Mastectomie: Fait
Hystérectomie: Fait
Metaidoïoplastie: Fait

 MessagePosté le: 24/02/2013 21:59:43    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

je comprends le but de ton post et c'est vrai qu'il faut relativiser. Je suis un peu un de ces impatients mais je crois que ça vient du fait que je SAIS que ca peut aller vite alors je le voudrais pour moi aussi. Je respecte chaque méthode des psychologues et je respecte chaque cheminement des individus, il faut juste trouver un juste milieu dans tout ça je crois et avoir confiance.
_________________
La nature crée des différences, la société en fait des inégalités.
Tahar Ben Jelloun
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 05/03/2013 15:51:56    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Dans la catérogie "faites ce que je dit et non ce que je fait", je suis championne je crois. Je sors de ma première rencontre avec madame Talbot et ça ne lui a même pas pris une heure pour me dire qu'elle me ferait une lettre pour le docteur Brassard et pour me dire qu'elle m'accompagnerait dans la transition. Moi qui vient de dire qu'une évaluation psychologique en moins de trois heures, c'était inquiétant, quand c'est moi qui est concernée, on dirait que ça change tout. Je ne sais pas si c'est trop rapide, mais elle a quand même 20 ans d'expérience dans le domaine.

Alors voilà. Je maintien qu'il peut être normal qu'une évaluation prenne quelques rencontres (personnellement, je ne sais pas si c'est un manque d'expérience, mais j'ai besoin d'au moins 3 heures pour évaluer une personne), mais en étant de l'autre côté du fauteuil, on dirait que je suis tout de même bien contente que ça se soit passé aussi rapidement.
 
Samuel
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 04 Déc 2012
Messages: 1 353
Localisation: Montréal
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Mastectomie: Fait
Hystérectomie: Fait
Metaidoïoplastie: Fait

 MessagePosté le: 07/03/2013 22:43:28    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

je suis content pour toi... dis-toi que entre le temps d'avoir ta lettre et ton rdv avec brassard, tu as le temps de murir ta décision aussi.
_________________
La nature crée des différences, la société en fait des inégalités.
Tahar Ben Jelloun
 
玲子Reiko
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 05 Oct 2010
Messages: 238
Localisation: Ottawa
Sexe: Autre
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui

 MessagePosté le: 08/03/2013 02:39:07    Sujet du message: I came to see the witch-doctor... Répondre en citant Back to top

Je n’ai absolument rien contre une thérapie. C'est d'une importance capitale en nos sociétés d'à partir des australopithèques jusqu'aux homo-érectus.
Ça me dérange beaucoup que les gens dont la plupart francophone me disent toujours que la plus vieille profession est la prostitution... être parent, mère, chasseur, cueuilleur et finalement sorcier, c'est quoi tout ca... en disant toujours ceci vous assombrissez encore plus l'amitié et la collaboration entre les mâles et les femelles humaines.

je suis suivie par Rosa à l'Université de Montréal et je prévois de temps à autres d'aller voir le docteur Campbell pour des colères parce que je ne peux relativer avec les societes humaines...

et je crois qu'il est très important de parler de temps a autres a quelqu'un qui a des connaissances variées en la pensée et le corps de nous comme nous allions voir le "witch-doctor" depuis le début de notre temps... ceci nous aide énormément à dévaper des maux en être qui est tout à fait normal durant une vie animal, je dis, pas seulement humain.

Le pourquoi qu'il y a autant de personnes aux prises avec des névroses ou des mauvaises habitudes qui détruisent le cerveau donc accentuer la dépendance: qui sont la drogue, l'alcool, les ultra-sucreries, le tabac ou une sexualité trop génitale donc non-sensuelle dépourvue d'onanisme ou d'amour (j'expliquerai ce dernier en d'autres poste-essais)... est dû que le witch doctor n'est plus là. Les gens ne voient pas les thérapeutes, ils ont peur d'être stigmatiser par leur comparse ou qu'ils ne pensent simplement pas à les aborder, dommage.
En mon cas, j'avais une grande peur d'être sans sous. J'avais tord. Aller! Je vous conseille de payer pour votre santé de pensée.
_________________
Les garçons féminins boivent eau et mangent seulement fruits, noix, grains, feuilles comestibles sans oublier d'avoir une ordonnance pour la vitamine B12 venant de leur médecin et ne recherchent jamais le coït, ni le climax


Dernière édition par 玲子Reiko le 21/01/2015 22:56:57; édité 3 fois
 
Michèle-Janick
papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2013
Messages: 164
Sexe: Femme
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 02/04/2013 20:00:38    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Loulou ne compte pas avoir ta lettre en moins de 6 mois. C'est la norme de la WPATH et l'exigence du gouvernement pour avoir la chirurgie.

Gilberte t'a dit qu'elle te fera ta lettre en tant voulu mais pas à la prochaine rencontre.
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 02/04/2013 22:25:55    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Tu as raison, mais je parlais plus de la recommandation à l'endocrinologue qui est venue assez vite. Pour la chirurgie, elle va définitivement respecter ce standard et si je ne me trompe pas, il me semble aussi qu'il me faut aussi une année de vie publique dans le genre désiré.
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 02/04/2013 22:35:01    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Et Reiko, je ne t'avais pas répondu, mais merci pour ta réflexion.

C'est vrai que les préjugés sont inévitables dans toute thérapie, on en a tous, et c'est tout le travail que font les bons psychologues sur le contre-transfert en thérapie (analyser comment ils se sentent eux-même en face du patient pour mieux le ou la comprendre par ricochet et départager ce qui leur appartient de ce qui appartient à la personne devant soi). Et oui, les psy font partis de la tradition chamanique des "witch doctor", mais certains qui sont obsédés par la scientifisation (le mot n'existe pas, mais bon on comprend) des relations humaines et oublis les origines plus spirituels de leur rôle. L'argent y est pour beaucoup. Comme c'est long et ça coûte cher faire un doctorat en psycho, les psys n'ont pas le choix que de charger 80$ et plus de l'heure et comme ils chargent cher, ils ont besoin de justifier les tarifs par la science, mais des fois, faut se rappeller que c'est d'abord un humain qui en aide un autre à explorer sa psyché. Ok, on a quand même une formation rigoureuse, mais faut pas oublier cette base importante.
 
djgab
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 2 743
Localisation: Gatineau (Aylmer)
Sexe: Homme, FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Mastectomie: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Hystérectomie: Fait
Phalloplastie: Fait

 MessagePosté le: 03/04/2013 06:44:38    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Quand tu parles du un an de vie publique en tant que femme, habituellement les psys vont te donner la lettre avant que tu te rendes là. À cause des délais pour la chirurgie, une fois que tu vas être rendu à ton opération, le un an risque d'être passé en masse.
_________________
http://bailgaman.blogspot.com -- Parcours d'un trans FTM en région
 
Visiter le site web du posteur
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 230
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 03/04/2013 07:30:49    Sujet du message: Les limites et exigences d'une évaluation psychologique Répondre en citant Back to top

Cool, merci pour la précision Djgab.

Et plus j'avance dans le processus, plus je comprends pourquoi certains et certaines veulent que les démarches psychologiques aillent vites au départ et ne trainent pas sur des semaines ou même des mois. Quand j'ai écrit mon long truc pour défendre le temps que prend une évaluation psy, je n'avais même pas encore rencontré madame Talbot. Maintenant que j'entre dans le processus, je comprends pourquoi elle m'a tout de suite après le premier rendez-vous dit de contacter un endocrinologue et pourquoi elle m'a tout de suite préparé une référence pour les hormones. Les délais pour rencontrer les professionnels sont tellement longs et se comptant en mois (l'endocrinologue, les chirurgiens, etc), que probablement que son expérience lui a dit que, de toute manière, on aurait le temps de continuer à travailler et à murir la décision avant que le processus ne commence pour vrai. Dans ce sens, Samuel, tu as vu juste en disant que l'attente des rendez-vous laisse du temps pour continuer le travail psy. Et là, avec les délais de chirurgie, c'est vrai que d'avoir la lettre avant la fin de l'année de vie dans l'autre rôle vaut la peine.

Ceci étant dit, je maintien mon autre point : une bonne relation avec son psy est une des choses les plus importantes pour qu'une thérapie fonctionne, mais pour se sentir à l'aise avec un psy, ça peut prendre quelques séances. Alors faut se fier sur son feeling et ne pas hésiter à changer si ça clique pas comme ça semble être le cas pour les gens qui passent au General, mais faut aussi garder en tête que comme dans toute relation, ça prend du temps créer un lien.
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Psychologie Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Cobalt 2.0 phpBB theme/template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com