D'un autre Genre  Index du Forum D'un autre Genre
forum pour Transsexuel(le) du Québec


Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème?
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Le salon de discussion -> Sujet divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 03/11/2013 13:50:57    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Tout d'abord, je sais que certains me conseilleront d'aller en parler avec un psychologue, mais je les ai en horreur depuis quelques années. J'aimerais bien ne pas avoir à faire à eux directement avant de commencer les démarches pour changer de sexe, si je me rends jusque là (mais si vous êtes psychologues et désirez commenter ici, n'hésiter pas surtout! Ça m'aidera peut-être à me faire comprendre que ça ne marchait pas seulement avec ma précédente psychologue mais que ça pourrait peut-être marcher avec un autre u.u)

Donc par où commencer...

Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours été très différent des autres filles de mon âge. Je me suis toujours tenu davantage avec les garçons, à me bagarrer dans la cours d'école et à jouer au soccer. J'étais très sportif, pratiquant surtout la gymnastique artistique et excellant en compétition, particulièrement pour les acrobaties au sol.
J'ai toujours détester m'arranger, que ce soit pour aller à l'école, sortir, ou quoique ce soit ça. Je me maquille uniquement quand je porte des costumes ou monte sur la scène, mais c'est du maquillage de scène, on s'entend. Les robes, on m'en parle même pas. Jupe? À la limite, mais je change alors ma personnalité pour jouer le rôle de la petite fille cute et souriante. Je suis pas le meilleur comédien, mais je suis doué pour me faire passer pour ce que je ne suis pas. Surtout quand il s'agit de camoufler mes problèmes.


Niveau relationnel, c'est nada. 21 ans de célibat. J'ai essayé de sortir avec des garçons et avec des filles, mais ça ne s'est jamais rendu plus loin qu'une seconde date. J'ai toujours eu ce malaise en fréquentant des personnes que la façon dont ils agissaient envers moi n'était pas du tout ce que je voulais, et ça me rendait mal à l'aise. Bien sûr, ils agissaient envers moi comme ils agissaient envers n'importe quelle fille qu'ils dragueraient. C'est sans doute ce qui me rends le plus mal à l'aise. Je ne suis pas une fille. J'ai horreur qu'on me traite de princesse et qu'on soit galant envers moi. C'est juste pas... naturel. Je ne veux pas jouer le rôle de la princesse naîve et souriante toute ma vie.

Pourtant, lorsque je fais mes costumes, porter un costume de garçon ou de fille ne fait pas vraiment de différence. J'ai le sentiment d'être plus moi habillé en garçon, et d'être une drag queen habillé en fille. Mais j'apprécit quand même quand je mets des heures sur mon costume de fille et qu'on me dit que je suis belle.

Enfin, si ma situation ne se résumerait qu'à ça, le problème ne se poserait pas. Je m'affirmerais clairement en tant qu'homme et j'en serais à me demander si je commence les démarches pour avoir accès aux hormones ou non. J'imagine. Mais mon problème est plus grand que ça.


J'ai été harcelé sexuellement pendant 13 ans. J'ai fini par parler, envoyer le coupable en prison et suivit une thérapie (avec une psychologue que je retournerai jamais voir -_-) pour m'en sortir et devenir fonctionnnel et autonome dans la société. Je ne peux pas dire que je suis complètement guéri (c'est pas une maladie...). Je resterai marqué à jamais même si je suis semblable à n'importe quel jeune adulte maintenant. Mais c'est pourquoi je me dis qu'il est peut-être possible que mon malaise dans mon corps de femme ne soit pas lié au fait que je sois un homme dans le mauvais corps, mais se serait un moyen de rejeter les harcèlements de mon enfance. C'est possible que mon malaise face à la façon dont mes fréquentations agissaient envers moi soit lié aussi aux harcèlements plutôt qu'au fait que je suis transgenre.


Oui, je sais, je devrais aller voir un professionnel >< Mais je ne veux pas. Pas maintenant. J'ai plutôt commencer à m'habiller en homme dans la vie de tous les jours, et à repérer le support chez mes proches si je commençais vraiment des démarches. C'est sûr que je me sens mieux dans la peau d'un homme. Mais est-ce que ce n'est qu'une fuite de ma part?

Désolé si je vous embête avec mon questionnement compliqué et délicat, et merci d'avance de vos réponses
 
Publicité






 MessagePosté le: 03/11/2013 13:50:57    Sujet du message: Publicité Back to top

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
M-M.
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2013
Messages: 1 045
Localisation: Saint-Hubert
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Mastectomie: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Hystérectomie: Fait
Metaidoïoplastie: Fait

 MessagePosté le: 03/11/2013 23:47:29    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Je t'avoue que je crains aussi de me considérer trans simplement pour échapper à mes autres problèmes (pas de même nature que les tiens, mais bon, ça reste des problèmes). Pour l'instant, je n'ai pas encore trouvé de réponses officielles.

J'ai décidé de tâter le terrain, et ça m'aide dans mon cheminement. Ce que je veux dire, c'est que j'ai demandé aux personnes de mon entourage qui savent que je me questionne de me parler au masculin pendant un moment. Pour voir comment je me sens dans ce temps-là. Voir si je me sens mieux.

Et je me suis beaucoup renseigné, notamment sur le forum.

Je crois que ça peut prendre un certain temps avant de vraiment être fixé. Mais bon, si tu ne veux pas voir de psy, je crois que tu peux tout de même essayer de porter attention à tes réactions, à tes sentiments, à tes feelings. De les verbaliser, ça m'aide, personnellement. Je ne sais pas si tu as des amis ou des membres de ta famille de qui tu es proche pour parler avec eux, sinon, reste toujours ce forum, ou perso, quand je me suis retrouvé seul, j'ai écrit. J'ai écrit ce qui me passait sur la tête, parce que ça aide à y voir plus clair.
 
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 04/11/2013 08:59:17    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Oui, c'est ce que je suis en train de faire. Déjà, juste avoir écrit ce poste pour mettre un peu de clareté dans mes réflexions m'a fait du bien. J'en parle quasi tous les jours à ma meilleure amie (qui commence à être fatiguer de m'entendre en parler...) Elle parle déjà de moi au masculin depuis plus d'un an, alors elle m'aide et me supporte dans tout ça.

J'ai aussi d'autres amis avec qui j'en parle. Étrangement, ma mère est plus ouverte que quand je lui ai dit que j'aimais les filles J'ai énormément de support de la part de tout le monde autour de moi, mais j'attends encore, et j'analyse. Je me donne jusqu'en janvier, date où je me fais rasé les cheveux pour leucan (enfin, libération de mes cheveux *_*).

Sur un autre forum, je lisais que les causes pouvait être diverses et variés, mais que la finalité était la même. Je crois que même si c'est une fuite de ce corps qui me dégoute à cause de mon passé, le fait que je sois mieux dans un corps d'homme est indéniable.
 
FlyingBird
formation du chrysalide

Hors ligne

Inscrit le: 27 Déc 2011
Messages: 89
Sexe: En questionnement

 MessagePosté le: 04/11/2013 11:52:56    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Je dois avouer avoir beaucoup de point commun avec ce que tu raconte – c’est quasi un copié collé, c’est assez marrant (Sans l’être en même temps XD). Ce qui m’interpelle dans ton message, c’est bien évidement la question du; Est-ce que je ne suis pas en train de me trouver une raison à une situation merdique, alors que le problème est peut-être ailleurs. Je n’ai pas vécu ce que tu as vécu, mais ca ne m’empêche pas d’y réfléchir aussi (Comme beaucoup d'autre). La psychologie c’est tellement quelques choses de complexe en même temps. Je me suis posé et me pose encore un tas de questions à savoir si ce n’est pas pour une raison X Y Z que je prends un tel tournant. Puis après je me dis que je prends peut-être le problème à l’envers. Peut-être que c’est justement parce que j’ai ce mal être que je suis aussi embourbés dans mes problèmes.

Dans ton cas, j’avoue que c’est souvent pointé du doigt. J’ai beaucoup vu d’articles passés parlant justement la corrélation entre les abus et les parcours trans’. Je ne m’exprime pas bien, mais dans la plupart des cas c’était plutôt encourageant et ce n’était pas systématiquement une cause à effet. Je crois que ce serais plus pertinent si j’arrive à remettre la main dessus. Mais bref! Tout ca pour dire que si tu te questionne c’est très probablement parce qu’il y a raison de se questionner, qu’importe la décision finale.

C’est certain que l’idéal est d’aller consulter un professionnel, mais comme toi j’en suis incapable. Alors je me vois mal insister. Cela dit, tu as l’air plus dégourdit que je ne le suis, alors c’est surement quelques chose que tu pourra certainement envisager dans l’avenir – j’ai confiance! D’ici à se que tu décide de franchir le pas, je crois que tu es dans la bonne voie et t’encourage à continuer dans cette direction un pas à la fois, comme tu le fais déjà finalement. Tu as la chance d’avoir obtenu un certain support autour de toi et ce forum ne pourra que t’aider à y voir un peu plus clair.

Oh! Et j'en profite pour te souhaiter la bienvenue sur le forum
_________________
“I always wonder why birds choose to stay in the same place when they can fly anywhere on the earth, then I ask myself the same question.”
Harun Yahya
 
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 04/11/2013 12:16:54    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Merci

Oui, j'imagine que je ne suis pas le seul dans ma situation. J'espère être le seul à avoir exactement ce passé-là, mais je sais que malheureusement, il y a beaucoup d'abus que ce qu'on pense.

Pointé du doigt... Depuis que j'ai commencé à dénoncer les abus, on ne fait que me pointer du doigt. "Tu t'intéresse aux femmes parce que tu as peur des hommes à cause des abus." "Tu agis de telle façon à cause des abus." "Tu te poses ces questions à cause des abus". Comme si la société voulait que ma vie entière tourne autour de ça, et que je peux pas être normal à cause de ça. On a donc fait entré dans ma tête que quoi que je fasse, c'est sans doute à cause des abus. J'ai un peu de misère à me sortir de ce moule. Mais je refuse systématiquement d'endosser le rôle de victime, alors je dois me battre à chaque jour. Ça commence à me faire pas mal de bataille, une chance que j'en ai gagnai quelques unes u.u

L'histoire du problème à l'envers.... M'affirmer en tant qu'homme, et le devenir, règlerait d'un coup environ 80% de mes problèmes et de mes frustrations. Et ça, ça fait des années que je le dis, avant même que je connaisse le mot transgenre.

Si tu retrouves l'article, refile-moi! J'ai tombé sur plusieurs témoignages de personnes qui avaient un passé familiale assez... anormaux, mais jamais à propos d'abus.

Oui, je me rends compte de plus en plus que consulter devient un besoin. Ne serait-ce que pour un jour avoir accès aux hormones. Je préfère les travailleurs sociaux, eux au moins ils sont marrants u.u

Pour ça oui, j'ai une chance incroyable d'avoir des amis et une famille qui me supporte incroyablement depuis que j'ai commencé à parler, et qui m'appuie dans toutes mes décisions, même si certaines se sont révélés ne pas être les bonnes.

Merci encore, et courage à toi aussi! Je suis moins dégourdi que tu sembles le penser, mais j'ai l'habitude des démarches pour régler mes problèmes. Toi aussi, tu vas y arriver. Ou commence par un travailleur social, ils sont vraiment plus marrant, je te dis :p
 
Kaiju
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Sep 2013
Messages: 417
Localisation: Dans mes culottes
Sexe: Homme
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Mastectomie: Fait

 MessagePosté le: 04/11/2013 16:33:24    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Je vais y aller platement psychologique puisque ça semble être ce que tu recherches:

La dysphorie sexuelle et identitaire est en effet un symptôme très fréquent du Syndrôme de Choc Post-traumatique, particulièrement en situations de violence sexuelle. Si tu en es toi-même à te questionner sur la nature de tes sentiments sans que personne hors de toi-même aie remis en question ton identité, il n'y a en effet qu'un professionnel qui pourrait t'aider.

Ce que je te conseillerais c'est de faire des recherches au préalable, et de trouver quelqu'un qui se spécialise précisément dans le domaine du SCPT. Bonne chance!
_________________
On s'fait pousser un brin d'humour, siouplait merci.
 
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 04/11/2013 16:52:23    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

J'ai déjà été suivi pour le SCPT. C'est de là en vrai que vient mon aversion pour les psy. Je lui faisait par de mon questionnement, sans vraiment être capable de nommer avec les mots justes mon malaise, et tout ce qu'elle arrivait à dire, c'est que soi j'étais schizophrène, soit j'avais un dédoublement de la personnalité. J'ai eu beau clairement lui expliquer que j'étais complet dans ma tête et sain d'esprit, elle cherchait à me faire médicamenter d'une façon ou d'une autre. Si effectivement j'ai eu un dédoublement de la personnalité à l'enfance, elle a réussi à me guérir complètement avec ses thérapies débiles -_- Elle a probablement jamais entendu parler de transgenre de sa vie...

Bref, j'ai complété une thérapie SCPT, et psychologiquement parlant, selon ma psy et le second avis d'un autre psy, je n'ai plus besoin de les consulter en relation avec mon enfance. Mais si jamais je décide de rencontrer un psy, je chercherai sans doute quelqu'un qui a l'habitude de traiter des dossiers d'abus sexuels et de transgenre. J'ai trouvé le nom d'un sexologue à Québec, je m'adresserai probablement à lui.
 
Keven
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2013
Messages: 246
Sexe: Homme, FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Mastectomie: Fait

 MessagePosté le: 10/11/2013 00:18:09    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

(Je crois que je te connais hihi)

Je pense que c'est aussi une question de comment tu veux vivre ta vie, du présent au futur. Tu veux la vivre en tant que femme, ou en tant qu'homme? C'était les questions que je m'étais posées à plusieurs reprise durant des doutes. Et tu vois j'en arrivais toujours à me dire que je me sentirais mieux vu en homme par les autres, mais aussi lorsque je me regarde dans le miroir. Personnellement, voir d'autres transgenres montrer leur parcours m'a aidé aussi à faire le point. Se tester est aussi une bonne idée, j'aime bien celle de demander aux autres de te parler au masculin!

C'est certain que pour avoir les hormones et les chirurgies il te faut un suivi d'un psy. Mais pas n'importe quel psy! Je te conseille fortement d'en prendre un qui s'y connais avec les trans. Ça peut coûter cher de la rencontre mais ça vaut nettement la peine.

Je peux te confirmer que tu ne réalise pas complètement que tu es trans du jour au lendemain. C'est progressif, et le temps est différent pour chaque personnes. Avant de décider, faut être certain de ce qu'on fait et où on s'en va!
_________________
Souvent le chemin le plus dur est le plus enrichissant.

- Northbound -
 
Visiter le site web du posteur
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 10/11/2013 18:13:45    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

(Bah oui, tu me connais. D'ailleurs, dans ton post sur rejeté à cause du transexualisme, je sais peut-être même de qui tu parles )

Ce qui m'a le plus fait posé des questions, c'est les cosplays en vrai. J'ai commencé par des personnages masculins, et j'ai tellement adoré *_* Pour la première fois, j'avais l'impression d'être moi, d'être complet en me regardant dans le miroir. D'être à ma place en voyant les photos. J'ai fait des costumes de filles par après, parce qu'on me proposait des costumes de filles (et je me fais harceler pour mettre des robes -_-). Mon miroir me donne le reflet d'une drag queen. Je dois mettre deux fois plus de make up pour me sentir "in character" et oublier que j'aime pas tant le reflet dans mon miroir.

Quand je me suis rendu compte de ça, j'ai repenser à pas mal de chose. À quel point je me sens mal et pogné dans une jupe ou une robe. À quel point ça me fâche quand quelqu'un me propose de m'aider avec mes bagages, ou à transporter des choses lourdes. J'analyse les quelques souvenirs que j'ai de mon enfance, et c'est clair que je ne me suis jamais considéré comme une femme. J'ai bien essayé, au secondaire u.u Pire époque de ma vie, quoi.

Qu'importe mon passé, je ne veux pas d'un futur en tant que femme. J'ai compris ça cette semaine.

En janvier, je me fais raser les cheveux au complet. Ça sera le dernier test et en février, j'irai rencontré un psy, sans doute Chouinard, de l'ATQ. Comme ça ça me laisse le temps de confirmer le tout avec moi-même...

Mais je vais peut-être précipiter les choses. Je vais peut-être devoir consulter mon médecin pour certains problèmes. L'infirmière m'a dit que si ça se confirme, je devrais prendre des hormones styles oestrogènes pour me réguler. No way. La seule idée de devenir plus femme me dégoûte (disons que cette idée m'aide à confirmer mon choix u.u)
 
Keven
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2013
Messages: 246
Sexe: Homme, FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Mastectomie: Fait

 MessagePosté le: 13/11/2013 18:24:13    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

(Inbox sur FB voir si tu as raison? O_o)

Honnêtement, le cosplay m'a beaucoup aidé à me découvrir moi aussi. C'est pas une erreur ou une mauvaise influence. On se sent mieux lorsqu'on projète une image plus proche de ce qu'on est.

Oh je connais ça pas vouloir porter de robes ou de jubes (ou se sentir infiniment pas bien dedans si je me forçais) haha! Aussi le truc des bagages! Pour moi ça toujours été mon orgueil masculine là! Le secondaire on en parlera même pas. Cet l'endroit qu'on essaie d'être comme les autres par peur de se faire juger...

Prends le temps d'être certain. Les cheveux, ça devrait grandement aider!

En effet, lorsque j'ai arrêté la pillule (que je prenais pour avoir moins de boutons tout simplement), je me sentais tellement mieux... comme une libération! Si la seule idée de prendre cela te dégoûte, selon moi ton choix est fait ou pas très loin. Mais je comprends qu'on a encore le petit doute qui se manifeste parfois jusqu'à être certain certain et y aller de l'avant.
_________________
Souvent le chemin le plus dur est le plus enrichissant.

- Northbound -
 
Visiter le site web du posteur
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 13/11/2013 22:48:54    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Ouais, mon choix est décidé à 99% mettons. Mais je me laisse du temps parce que je n'ai fait que mon tromper jusqu'à présent, et ça a blesser pas mal de personne autour de moi.

Les cheveux, pas avant le 18 janviers u.u Mais j'ai décidé vendredi d'aller refaire ma garde robe. J'ai trop de vêtements qui me dégoûtent datant du secondaire. OU sinon, c'est des cosplays. J'ai passé la semaine à alterner entre les pantalons de Grey et de Raishin. Que 2 paires, c'est pas tellement suffisant u.u

J'imagine que maintenant, j'en suis presque rendu à un coming out progressif, auprès de mes amis proches et etc.

La pilule... beurk...
 
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 229
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 15/11/2013 12:59:35    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Bonjour,

J'ai lu attentivement ton premier message, mais je n'ai pas lu toute la discussion car je suis un peu serrée dans le temps, mais je voulais quand même te répondre en espérant ne pas trop répéter ce que d'autres t'ont dit.

Je suis trans (comme toi en questionnement aussi même si je prend des hormones depuis 3 mois environ. Je crois que le questionnement ne partira jamais). Et je suis aussé étudiante au doctorat en psychologie. Donc je peux brièvement te parler de ces deux aspects.

Pour la partie psychologie, je te dirais qu'au-delà de toutes nos connaissances et de nos années interminables d'étude, la plupart des recherche en efficacité thérapeutique démontre que le facteur le plus important de succès est la relation entre le thérapeute et la personne qu'il ou elle a devant. Le ou la psychologue aura beau maîtrisé ses techniques et son savoir, s'il n'y a pas de relation, c'est très difficile. Alors tu dois prendre le temps de trouver une personne avec qui tu te sens bien. Une personne qui pourra t'accueillir dans tout ce que tu vis, sans juger, mais sans être condescendante ou trop consensuelle non plus et en ayant pas peur de te remettre en questions de temps en temps.

Et il y a plusieurs écoles de pensée en psycho, alors peut-être es-tu tombé sur une école qui ne te convenais pas. Il y a les écoles qui traiteraient un trauma à partir des symptômes. C'est-à-dire qui essaierais de te faire faire des exercices pour t'aider à diminuer l'anxiété, les cauchemars ou tout autre symptôme nuisible que tu as. Ce sont en général les approches dites cognitives et comportementales. Et il y a les approches qui vont plutôt essayer d'explorer le sens de ton expérience, tenter de comprendre pourquoi, à l'intérieur de ton vécu particulier et de ta personnalité, tu vis ce trauma comme tu le vis. Ce sont les approches existentielles (qui est honnêtement la mienne) et les approches psychodynamiques (la psychodynamique est influencée par la tradition de la psychanalyse). DAns ces dernières approches, ils irons plus dans ton passé et ton historie de vie tandis que dans la première, ils focuseront plus sur ce qui te fait souffir pour essayer de l'atténuer.

Ce n'est pas coupé au couteau comme cela, bien souvent les psy puisent dans les deux traditions, mais en général avec un penchant un peu plus fort pour un style que l'autre. Alors je ne sais pas si cela va t'aider à choisir un psy qui te convient plus. Au pire, si j'ai plus de temps, je peux donner un peu plus de détails.

Et pour ton histoire, je ne sais pas si ce questionnement partira un jour. Je me suis moi-même interrogée énormément sur le sens de ma dysphorie. Je suis un peu plus vieille, dans la mi-trentaine, mais comme toi, les relations de couple n'ont jamais été mon fort. Je me suis demandé si ma dysphorie était une réaction à des expériences particulières, ou si le fait que j'ai eu ces expériences étaient dûes à la dysphorie. Par exemple, le peu de relation de couple que j'ai eu dans ma vie (j'ai essayé comme toi les deux même si ma préférence est pour les femmes, juste pour être certaine), est-ce à cause de mon malaise de genre ? Ou cela contribue à créer un désir de genre. ET c'est là que ma thérapeute (elle est sexologue) m'a aidé à faire un peu de ménage là-dedans, à retracer un peu l'historique de ma dysphorie, à voir mes expériences d'enfances, dans un sens comme dans l'autre, qui m'ont contuit où je suis.

On ne saura jamais ce qui nous amène là. Les théories sont nombreuses : théories chimines et biologiques (genre on aurait un cerveau de l'autre genre), théories de construction sociale de genre, théories comme quoi on compense pour autre chose, ou simple réalité. Bref, on peut spéculer longtemps, personne n'a la réponse. Mais l'important, c'est que c'est là, c'est présent, et ça revient et il ne faut pas l'ignorer. Alors que tu décides de faire ta transition ou non, je crois que d'en parler ne va que t'aider. Si tu n'es pas prêt à voir un profesionnel, au moins continue d'en parler. Tu n'auras probablement jamais une réponse sur la cause : est-ce le trauma qui est responsable ou est-ce que c'est vraiment toi ? Mais ce que tu sais, c'est que c'est là aujourd'hui et qu'il faut s'occuper de ce sentiment. Et tu dois t'occuper des deux : ton expérience de harcèlement comme ton désir de transition. Tu verras en explorant ce qui va se passer.

J'espère que ma réponse était pas trop confuse car j'ai écrit vite. Mais peu importe ce que tu décideras, je t'encourage à poursuivre ton exploration, autant sur ton expérience traumatisante que sur ta dysphorie, et à ne pas juste mettre cela de côté comme plusieurs d'entre nous avons fait (comme moi je l'ai fait à 19 ans).
 
Rei
petite chenille

Hors ligne

Inscrit le: 03 Nov 2013
Messages: 33
Localisation: Québec
Sexe: FTM
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 16/11/2013 11:14:44    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Merci de tes explications Loulou, c'était très clair.

Ce qui ne cliquait pas avec ma psy surtout, c'était les silences qu'elle laissait planer trop longtemps. À l'époque où je la voyais, j'étais beaucoup plus renfermé sur moi-même, et je ne savais pas trop comment m'ouvrir, ou etc. Elle me posait des questions, je lui répondais de mon mieux et après... silence. Pendant de bons longs 5min au moins (ou une éternité pour moi) pendant lesquelles elles faisaient que m'observer. Et plusieurs fois par séance. Ça me rendait mal à l'aise, je me demandais si elle attendait que je parle plus, mais j'avais rien à ajouté sur ces questions. Bref, chaque séance était un cauchemar. Elle voulait aussi tenter de régler mon "problème" comme quoi j'étais toujours en avance à nos rencontres, plutôt que de se pencher sur mes problèmes sociales et mes blocage dû aux harcèlements. Mais bon, je trouverai un psy qui lassera pas autant de long silence quand je commencerai mes démarches pour avoir les hormones u.u

Même si on ne saura jamais vraiment pourquoi, j'ai toujours ce désir de savoir, de comprendre. Il y a toujours ce petit "si ça m'était pas arrivé", ou whatever. Bien sûr, j'accepte aujourd'hui, et si j'avais la possibilité de voyager dans le temps, probablement que j'irais me voir à 5 ou 6 ans pour me donner une petite tape dans le dos et me souhaiter bon courage, qu'un jour tout va bien aller, avant de repartir sans rien changer. Parce que je suis fier de ce que je suis aujourd'hui. J'aurais préféré naître homme, mais ça je peux pas le changer en voyageant dans le temps >.>


J'ai lu un article comme quoi les transgenres avaient plus de chance de subir des agressions pendant leur enfance, parce qu'ils agissent différemment de ce que leur sexe leur dicterait d'habitude. Dans mon cas, ça ferait du sens. Je veux dire, j'ai 1 frère et 2 soeurs. Pourquoi ça a été que moi? Bien sûr, je pensais que si je ne disais pas non et me laissait faire, il ne toucherait pas à mes soeurs. Mais je ne pouvais pas être certain qu'il ne les touchait pas quand même. Pourtant, il ne les a jamais touché. Juste moi.
Pourquoi.
Question totalement sans réponse. Mais ça fit pareil avec l'article
 
Keven
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2013
Messages: 246
Sexe: Homme, FTM
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Mastectomie: Fait

 MessagePosté le: 18/11/2013 11:52:48    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Oh mais t'es pas là pour faire plaisir au monde Rei! Écoute toi, et fais pas tes choix en conséquence aux réactions des autres. Tu veux être heureux non? Parfois faut faire des sacrifices.

Tient bon, t'avance bien à date! Mr. Green (J'ai juste 3 paires de pantalons depuis des mois... car ça me sert a rien d'en acheter vu je vais perdre du tour de hanches... )

J'suis sûr ça va bien aller. Faut leur faire confiance, et se faire confiance. Et si ils te jugent ou ne te parlent plus... parfois ça veut dire qu'ils ne valent pas la peine d'être dans ta vie.

Oui beurk... Heureusement que j'ai décidé d'arrêter il y a très longtemps...

Et ton message loulou, vraiment bien et clair! Merci de partager.
_________________
Souvent le chemin le plus dur est le plus enrichissant.

- Northbound -
 
Visiter le site web du posteur
loulou
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2013
Messages: 229
Localisation: Montréal
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Augmentation mammaire: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 18/11/2013 14:23:05    Sujet du message: Vritablement transgenre, ou échapatoire à un autre problème? Répondre en citant Back to top

Essayer de faire du sens d’une agression est une étape normale, mais, bien que ce soit plus facile à dire qu’à faire, l’important est de rejeter toute relation de cause à effet entre quelque chose que t’aurais fait (ou que tu serais) et l’agression. Une agression, c’est gratuit et la seule personne responsable demeure l’agresseur, pas la victime.

Avec ce que tu me raconte de ton expérience, je comprends tout à fait ta méfiance envers les psychologues. Il existe une règle déontologique quand on est membre de l’Ordre des psychologues et c’est l’interdiction de critiquer le travail des autres, mais comme je suis encore étudiante et non membre, je peux me permettre cette liberté de bitcher contre ce genre de psy.

Si elle insistait sur de quoi dont tu n’avais pas envie de parler parce que tu trouvais cela inutile et que tu avais de quoi de plus urgent à aborder, si je comprends bien sur le fait que tu arrivais à l’avance, elle ne t’écoutait pas beaucoup et il est normal, quand on ne se sent pas écouté, de perdre confiance que notre expérience sera bien reçue. De plus, des longs silences comme cela, c’est anxiogène et inutile.

Je soupçonne ta psy d’adopter une forme un peu rigide de psychodynamique (la forme inspirée de la psychanalyse). Ils ne sont pas tous comme cela, heureusement, mais tu peux essayer l’une des deux autres approches. L’humanisme existentiel a en général un énorme respect pour les besoins de la personne (ne va pas essayer d’imposer un agenda sur des choses qui ne t’intéressent pas, comme l’heure de ton arrivée. En général, certains psy peuvent trouver pertinents d’ouvrir certains sujets qui ne viennent pas de la personne en traitement, mais si toi ça te ne touche pas, il faut abandonner tout de suite la piste, surtout si tu manifestes le désir de parler de quelque chose en particulier. Et surtout suivre ton rythme, ne rien forcer.
Et les thérapeutes cognitivo comportementales vont mettre l’accent sur ta douleur et tes symptômes. Des fois en laissant un peu le sens de l’expérience de côté. Au moins, si tu es anxieux, ils vont essayer de t’aider à diminuer ce symptôme, souvent par des exercices (exemple respiration) et des remises en question de ta façon de penser.

Et peu importe qui tu contactes, n’hésites pas au téléphone à mettre tes attentes au clair. Raconte ton expérience et comment tu t’es senti (anxieux face au silence, peut-être frustré face au fait de te faire imposer des sujets qui te détournait de ce dont tu voulais parler) et dit que tu recherche un ou une psy qui ne travaille pas comme ça. Si le psy est professionnel et honnête, il te dira tout de suite si sa méthode est pour toi.

Et les thérapeutes qui travaillent avec les trans son en général bon. Mais je ne connais pas ceux de Québec. Moi je suis suivi par une sexologue, madame Gilberte Talbot, mais je ne pense pas qu’elle soit formée pour les traumatismes, quoique ton traumatisme semble être de nature sexuelle et sa formation est en sexologie. Sinon madame Susset est une bonne psychologue qui peut autant parler d’identité de genre que d’autres sujets. Mais si tu ne peux pas venir à Montréal, faudrait voir avec les gens de Québec comment sont ceux de cette région. Informes-toi auprès des gars et des filles de ton coin pour savoir qui a de l’allure. Les psys qui peuvent parler de traumas sont en général assez trouvables, ce sont les psys qui ne sont pas dépassés par la notion d’identité de genre qui sont plus difficiles à trouver.
Bonne continuité.
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Sujet divers Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Cobalt 2.0 phpBB theme/template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com