D'un autre Genre  Index du Forum D'un autre Genre
forum pour Transsexuel(le) du Québec


Hormonothérapie Helena.
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Centre d'information -> Hormone
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 27/06/2014 18:30:07    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Je partage avec vous mon début de traitement hormonal, et les suites prochaines de celui-ci...

1- EXAMENS AVANT LE TRAITEMENT (7 avril 2014) :

Testostérone = 7,62 ng/mL (valeurs de référence 2,8 à 8,00)
Prolactine sérique = 13,52 ng/mL (valeurs de référence 4,6 à 21,4)
FSH Sérique = 15,94 mUI/mL (valeurs de référence 1,5 à 12,4 chez un homme)
LH = 13,82 UI/L (valeurs de référence 1,7 à 8,6 chez un homme)
Œstradiol = 29 pg/mL (valeurs de référence 8 à 43 chez un homme)

Interprétation : à l'adolescence, j'ai subi une ectopie testiculaire tardive. De plus, mes testicules sont de petite taille. D'après l'endocrinologue, le taux de testostérone tout à fait correct et les taux de FSH et de LH supérieurs à la normale indiqueraient une insuffisance testiculaire (hypogonadisme) compensée; la FSH intervient dans la spermatogenèse tandis que la LH stimule la sécrétion de testostérone. Je sais aussi que j'ai un taux de spermatozoïdes trop bas pour me permettre d'avoir des enfants. Pour ma part, j'ai été assez surpris d'avoir un taux de testostérone aussi élevé; je me dis que c'est peut-être pour cela que ma libido masculine était si envahissante !


CHOIX DU TRAITEMENT INITIAL (9 avril 2014) : après avoir lu différentes choses sur internet, je m'inquiète des soi-disant effets secondaires redoutables de l'ANDROCUR, en particulier la dépression. Je ne souhaite pas en prendre, j'ai lu trop de choses mauvaises sur ce médicament. Du coup, l'endocrinologue va simplement me prescrire des œstrogènes et aussi de la progestérone dans le but de me soulager psychologiquement (je veux dire par là que la progestérone est ajoutée au traitement surtout pour ses effets positifs sur l'humeur).

ESTREVA GEL 0,1 % (œstradiol hémihydraté), par voie transcutanée : 4 pressions par jour qui correspondent à 2 mg d’œstradiol.
ESTIMA GE 200 mg (progestérone naturelle micronisée), un comprimé à avaler le soir au coucher.


2- EXAMENS APRÈS UN MOIS DU TRAITEMENT CI-DESSUS (5 mai 2014) :

Testostérone = 2,88 ng/mL (valeurs de référence 2,49 à 8,36)
Prolactine sérique = 14,86 ng/mL (valeurs de référence 4,6 à 21,4)
Œstradiol = 126 pg/mL (valeurs de référence 8 à 43 chez un homme)

Remarques : le traitement semble plutôt bien fonctionner. La testostérone est encore trop haute, mais en revanche, le taux d’œstradiol me semble déjà satisfaisant après seulement un mois à ce régime.


3- MODIFICATION DU TRAITEMENT (9 mai 2014) :

Entre temps, j'ai lu et confronté plusieurs points de vue, je me suis mieux documenté sur le sujet, et j'en ai tiré deux conclusions (jusqu'à preuve du contraire).

Premièrement, la progestérone apporte énormément de choses au traitement. Je n'entrerai pas dans les détails, mais je suis convaincue de son utilité, et ce dès le démarrage de la prise d'hormones.

Deuxièmement, j'étais dans l'erreur à propos de l'ANDROCUR ! Là non plus, je n'entrerai pas dans les détails et ne relancerai aucune discussion polémique au sujet de ce médicament, mais en bref, un anti-androgène est indispensable au traitement. Et il se trouve que, au moins dans un premier temps, l'acétate de cyprotérone est une molécule particulièrement efficace. "Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis", comme on dit. Je demande alors à mon endocrinologue de me prescrire de l'ANDROCUR, pendant qu'il me rappelle quelques grandes vérités ("les réactions individuelles sont extrêmement variables; de plus, seuls les avis les plus négatifs remontent sur internet, c'est toujours comme ça").
Depuis cette date, je suis donc le traitement ci-dessous.

ANDROCUR 50 mg, un comprimé par jour le matin.
ESTREVA GEL 0,1 % (œstradiol hémihydraté), par voie transcutanée : 4 pressions par jour qui correspondent à 2 mg d’œstradiol.
ESTIMA GE 200 mg (progestérone naturelle micronisée), un comprimé à avaler le soir au coucher.
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016


Dernière édition par Helena le 27/06/2014 20:17:41; édité 4 fois
 
Publicité






 MessagePosté le: 27/06/2014 18:30:07    Sujet du message: Publicité Back to top

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 27/06/2014 19:44:56    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Du 9 mai 2014 à ce jour (28 juin 2014), sept semaines se sont écoulées. Mon traitement est complet, anti-androgène + hormones féminines.

Tout se passe bien. D'après plusieurs personnes à qui je pose la question, je semble réagir positivement à l'hormonothérapie. Les traits de mon visage commencent à se féminiser, les contours de mon corps paraissent moins anguleux, mon poids s'est stabilisé, et surtout, surtout... des glandes mammaires sont apparues, mes seins ont nettement commencé à pousser !! Une copine trans m'a dit "toi, tu vas me faire le plaisir de mettre un soutien-gorge, parce que tes tétons qui pointent, ça attire trop le regard des hommes !". Mes seins sont encore tout petits, normal après si peu de temps, mais ils se remarquent. Ma peau est plus douce, ma chevelure et mes ongles sont fortifiés. Le moral est bon excellent, je me sens bien intérieurement, tantôt euphorique et planante, tantôt émotive comme une jeune fille (je l'étais déjà avant, je pleurais facilement). Je me regarde sans arrêt dans le miroir. Cela fait deux fois qu'un vendeur m'appelle "madame", je n'en reviens pas, à chaque fois, je me retiens de lui faire répéter !

Parmi les effets moins plaisants, j'ai perdu en force musculaire, je suis vite essoufflée. Quelques désordres digestifs. Les glandes mammaires sont douloureuses au toucher. J'ai parfois des sautes d'humeur, je me sens énervée, susceptible. Le moral ne fait pas trop de yo-yo, mais il m'arrive d'être nostalgique, de me dire "si seulement j'avais pu commencer ma transition plus tôt...", ou de songer aux longs mois qu'il va falloir traverser avant d'arriver au but. Je ne souhaite qu'une chose, rattraper le temps perdu, vivre enfin ma vie de femme "+". La sensibilité aux drogues est accrue; de ce fait, je ne bois plus une goutte d'alcool et j'ai laissé tomber le café.

Sur le plan sexuel, ma libido a diminué, au point que je n'ai plus envie de me masturber et que je me sens capable de passer des semaines entières sans cela. Les érections ne sont plus spontanées, mais restent possibles avec stimulation. Mes testicules, déjà petits, sont atrophiés comme de petits fruits desséchés. Je peux encore arriver, en me forçant, à avoir une érection et parvenir à la jouissance. Je ne remplis qu'un demi dès-à-coudre de liquide transparent, ce que j'appelle du "sperme de trans". Quand je dis que ma libido a diminué, je parle du désir brut et masculin. Mais une autre libido, féminine, plus subtile et diffuse, commence à me troubler. J'adore cela. C'est une sorte d'excitation intérieure, faite d'ivresse et de rêves érotiques. Bon, il va falloir que je me calme ou que je me trouve un mec. Malheureusement pour moi, je ne suis pas encore prête pour séduire en tant que femme. Et de toutes façons, je pense suivre le conseil d'une amie, attendre sagement 6 mois sans aucune activité sexuelle, même solitaire, afin de bien laisser mon corps s'imprégner d'hormones féminines.
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 27/06/2014 22:31:40    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Helena a écrit:
Premièrement, la progestérone apporte énormément de choses au traitement. Je n'entrerai pas dans les détails, mais je suis convaincue de son utilité, et ce dès le démarrage de la prise d'hormones.


Pourrais-tu partager avec nous ces détails, si possible? Je prends aussi de la progestérone et j'ai aussi constaté certains de ces bienfaits comme une poitrine plus saillante (surtout les aréoles), un meilleur sommeil et une amélioration de mon humeur, une peau et des cheveux plus doux que je crois sont attribuables plus à la progestérone qu'à l'estradiol. Mes ongles sont aussi moins fragiles depuis quelque temps. Mais, je remarque aussi certaines choses un peu moins bien (comme le ballonnement, ou un manque d'affect parfois) qui semblent aussi être attribuable à la progestérone si je me fie aux effets secondaires parfois rapportés par les femmes quand elles prennent de la progestérone. Ce serait bien de partager.

Helena a écrit:
un anti-androgène est indispensable au traitement.


Je ne suis pas d'accord. Mais, à chacun son opinion. La raison pour laquelle je crois qu'il n'est pas indispensable est que l'estrogène pris seul sans anti-androgène, peut adéquatement faire diminuer le taux de testostérone si une assez grande dose est prise sans que ça compromette la santé de l'individu et si prise non-oralement comme les études sur les hommes atteints du cancer de la prostate ont démontré. La prise exclusive d'estradiol chez eux, jusqu'à 6 timbres de 0.1 mg par jour ou injections de polyestradiol phosphate (Estradurin) a fait descendre la testostérone de façon significative sans que ça cause des problèmes de santé. En fait, il semblerait que le risque de thrombose soit même diminué! J'ai déjà cité ces études sur ce forum mais je peux les citer encore si tu veux ou te donner les liens, si ça t'intéresse.

Je crois même qu'un traitement à l'estradiol pose moins de risques et moins d'effets déplaisants que si combiné à un anti-androgène. C'est aussi plus naturel. La progestérone a malheureusement très peu d'effets à ce niveau là aux doses qui nous sont prescrites habituellement. Aussi, je préfère le bicalutamide et même les agonistes/antagonistes LhRh à l'Androcur, personnellement, après avoir comparé les effets secondaires des deux.

Avec l'androcur, fais attention si ta prolactine augmente trop car ça peut, mais rarement, mener à des problèmes au niveau de l'hypophyse mais peut-être que toi et ton docteur le savaient déjà. La dépression, tu sais déjà et puis sinon, en général, il semble que ça soit ok. Ça a aussi un effet progestatif qui, pour moi, me semble assez important (mon expérience sur l'Androcur et celle de certaines autres) contrairement à ce que certains affirment.


Dernière édition par krikri le 27/06/2014 22:55:44; édité 1 fois
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 27/06/2014 22:53:35    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Helena a écrit:
Quelques désordres digestifs. J'ai parfois des sautes d'humeur, je me sens énervée, susceptible.


Rien n'est parfait, je sais mais ces deux effets semblent parfois être le résultat de la prise de progestérone ou même de l'Androcur...est-ce que tu as commencé à remarquer plus ces effets après l'Androcur ou étaient-ils déjà là avant sur l'estradiol et la progestérone seulement?

Helena a écrit:
La sensibilité aux drogues est accrue; de ce fait, je ne bois plus une goutte d'alcool et j'ai laissé tomber le café.


Post-op, j'ai commencé à remarquer la même chose mais il est possible que ce soit parce qu'on prend des pilules et qu'il y ait une interaction, qui sait? Je ne bois presque plus d'alcool qui en tout cas peut affecter la concentration de la progestérone prise oralement (et peut-être l'Androcur et en plus pas bon pour le foie) et amplifier les effets sédatifs de la progestérone, te rendre encore plus étourdie, plus fatiguée, etc. Je ne bois ni du café, ni du thé. Ça me rend trop nerveuse, hyper. Pas de chocolat non plus, même effets que le café. Mais je me sens mieux depuis l'arrêt de toutes ces choses alors ça a certainement valu la peine.


Helena a écrit:
Sur le plan sexuel, ma libido a diminué, au point que je n'ai plus envie de me masturber et que je me sens capable de passer des semaines entières sans cela.


Pareil avec moi sauf que je suis post-op. Libido plus subtile comme tu l'as mentionné plus loin et moins envahissante. Depuis que je suis passée aux injections, quand je jouis, la sensation dans mon vagin est de loin plus agréable.
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 28/06/2014 03:56:51    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Avant de te répondre, Krikri, je dois préciser une chose. Lorsqu'on fouille un peu dans la littérature médicale consacrée aux questions d'endocrinologie, on s’aperçoit vite que beaucoup de choses restent mystérieuses, inexpliquées (ou partiellement) sur le plan scientifique. Tout cela est fort complexe, sans parler des réactions individuelles qui sont toutes différentes... Certains faits sont argumentés en théorie à partir du fonctionnement de l'organisme humain, d'autres sont observés de manière empirique, uniquement sur la base des statistiques, et parfois, les convictions tiennent presque de la superstition ! Ce que je veux dire par là, c'est qu'on ne peut rien affirmer dans ce domaine, et que tout est relatif. Je réalise ainsi que le terme "indispensable" à propos de l'anti-androgène est un terme excessif ou trop catégorique. Je réalise aussi que ce que je décris, c'est avant tout mon expérience personnelle et que tout cela reste très subjectif. Bref, tout ça pour dire qu'il faut prendre avec des pincettes ce que j'écris...

Je pense que l'anti-androgène va aider à faire chuter la testostérone, surtout au début, et que par la suite, on doit pouvoir s'en passer progressivement. Mais quand je dis "indispensable", je devrais plutôt dire "fort souhaitable". Je suppose qu'à mon âge, il faut un traitement de choc pour substituer un environnement hormonal masculin déjà ancien, à un nouvel équilibre hormonal féminin. Mais comme toi, je m'intéresse à d'autres alternatives, le DEGARELIX (FIRMAGON), en particulier, un antagoniste de la GnRH; j'en ai parlé à mon endocrinologue, il n'est pas opposé à l'idée, mais on attend d'abord de voir les effets de l'ANDROCUR sur moi. Note : j'ai l'impression que les désordres digestifs et une humeur plus variable sont des symptômes qui sont apparus depuis que je prends de l'ANDROCUR, mais rien de spectaculaire comme j'ai pu le lire sur des forums français où l'on peste contre ce médicament du diable (c'est idéologique; tout ça parce qu'il est également prescrit aux délinquants sexuels comme castration chimique) !

La progestérone. Mon avis vient de tout ce que j'ai pu lire de positif sur l'intérêt de cette hormone, notamment dans les THS proposés aux femmes ménopausées, et également de ma modeste expérience. Difficile de savoir qu'est-ce qui est dû aux œstrogènes, à la progestérone, ou à la combinaison des deux (je crois que c'est plutôt cela), mais j'ai tout de suite remarqué des effets sur mon humeur, beaucoup plus calme, sereine, sur ma féminisation qui semble rapidement s'installer (traits plus doux, plus féminins), et sur la croissance de mes seins qui démarre vite et bien. Je ne peux en dire plus, je n'ai pas d'arguments solides sous la main, mais je reste convaincue de l'importance de la progestérone dans un traitement comme le nôtre. En revanche, j'ai été surprise d'apprendre qu'on pouvait la prendre par voie rectale (au lieu de vaginale) et que c'était beaucoup mieux que par voie orale : peux-tu m'en dire plus ? EDIT : ah oui, j'oubliais, je crois aussi aux bienfaits de la progestérone sur la qualité de ma peau, de mes cheveux et de mes ongles. J'y crois...
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 28/06/2014 08:28:11    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Je ne suis pas encore à 100% certaine que les capsules de progestérone prises par la voie rectale sont bien absorbées et que les niveaux sont plus élevés à la même dose. Aucune étude n'a été faite à ce sujet, seulement pour la voie vaginale. J'ai entendu dire que quelques femmes qui prennent de la progestérone pour prévenir une fausse couche se font dire par leur docteur, par exemple, qu'elles peuvent prendre leur capsule soit par la voie vaginale ou rectale alors il est fort possible que ça marche et aussi, je sais que certaines filles trans le prennent de cette façon et que d'après elles, il semblerait que ça soit efficace (mais n'ont jamais testé leurs niveaux non plus) et qu'elles ne subissent pas les effets secondaires parfois rencontrés lorsque pris oralement, comme les maux de têtes, les effets sédatifs, ballonnement, etc.

J'ai déjà essayé la voie rectale et je n'ai pas aimé l'expérience. Je préfère de loin les prendre oralement et de toute façon, je recherche les effets sédatifs, ça a un effet positif sur moi, ça me relaxe et ça me permet de bien dormir le soir et de me sentir bien le matin quand je me réveille. Je prend la progestérone deux fois par jour, pour garder les niveaux plus ou moins stables et chaque fois, après un repas souvent assez gras pour aider avec l'absorption, apparemment que ça double l'absorption. Je mange aussi du pamplemousse régulièrement qui, d'après une étude peut également aider à augmenter les effets de la progestérone mais ça varie beaucoup d'une personne à l'autre.
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 28/06/2014 10:03:32    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

J'ai moi aussi demandé à mon endocrinologue une nouvelle ordonnance avec de la progestérone en 100 mg deux fois par jour pour pouvoir répartir la prise (une à 10h00 du matin et une à 22h00, je pense) et planer toute la journée. Je me demande d'ailleurs si ça ne vaut pas le coup de faire cela aussi avec mes quatre doses quotidiennes d’œstradiol en gel : je pourrais peut-être en prendre deux fois deux doses, mais je m’interroge encore sur la cinétique de ces hormones. Je me suis même demandé si le traitement ne fonctionnait pas mieux si on reproduisait un cycle menstruel sur une journée de 24 h, avec une prédominance d’œstrogènes en première partie de journée et un pic de progestérone en fin de journée, au lieu de chercher à avoir des taux hyper-stables ?? Grande question. Tout ce que je sais, c'est que les filles qui cherchent à reproduire le cycle menstruel féminin à la lettre sur 28 jours se prennent la tête et subissent beaucoup d'effets négatifs à cause de ces trop grandes variations (comme les femmes biologiques, en fait).

Il y a une courbe intéressante ici : http://books.google.fr/books?id=4EBKc0jt7cUC&lpg=PA90&dq=progestéro… J'aimerais avoir la même courbe concernant les œstrogènes appliqués par voie transcutanée...

Le pamplemousse pour ralentir le métabolisme des hormones et les garder plus longtemps en soi, ça me plait comme idée; j'avais déjà lu cela quelque part, et en fait, je crois bien que c'est sur toi que j'ai dû tomber en faisant une recherche sur internet ! Si vraiment c'est efficace, je vais me mettre à boire du jus de pamplemousse en remplacement de mon café.


Le 5 juillet 2014, si j'ai des sous, j'effectuerai un bilan hormonal pour savoir où j'en suis après deux mois de traitement anti-androgène + hormones féminines.
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 28/06/2014 20:22:50    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Je viens de lire ceci à propos des effets indésirables de l'ANDROCUR :
Citation:
il peut causer de la diarrhée;
il peut causer une fatigue inhabituelle;
il peut causer des nausées ou, rarement, des vomissements;
il peut occasionnellement provoquer un développement de la glande mammaire chez l'homme;
il peut favoriser la sécheresse de la peau;
il peut entraîner des problèmes d'érection.

Sur les autres fiches médicaments trouvées sur internet sont mentionnées une foule d'effets secondaires, mais il n'y a que sur le site ci-dessus que je trouve un résumé de six lignes. Or, il se trouve que depuis un moment, je souffre de diarrhée chronique avec des selles très liquides. Cela ne fait aucun doute, c'est bien l'ANDROCUR qui me fait ça. C'est assez pénible; à force, je dois me déshydrater, ou je risque d'avoir des carences en nutriments. Je vais essayer de voir comment résoudre ce problème pas dramatique mais préoccupant tout de même. Peut-être qu'en passant à 25 mg, ça va être OK ?
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
Hyraelle
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 01 Déc 2007
Messages: 2 136
Localisation: Saint-eustache
Sexe: Femme
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 28/06/2014 22:12:09    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

En effet, passe immédiatement a 25, la petite dose de testo est moins dramatique sur ta santé qu'une dhiarée persistente.

Lit la liste des effets secondaire incluse dans la boite et contacte ton medecin pour lui en parler.
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 29/06/2014 12:54:57    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Helena a écrit:
je m’interroge encore sur la cinétique de ces hormones.


D'après ce que j'ai lu, il semblerait que les niveaux de progestérone (et de ces métabolites tels l'alloprégnanolone et le deoxycorticosterone) chutent quand même assez rapidement après la prise de cette hormone, si pris oralement (aussi confirmé par ton lien) mais qui sait si peut-être, après quelques semaines, les niveaux se stabilisent pas un peu plus et il y a moins de fluctuations. Par la voie vaginale, ça semble être en général plus stable tandis que par la voie intramusculaire, ça semble être entre les deux et d'ailleurs, il faut s'injecter à tous les jours car après 24 heures, les niveaux retombent pas mal.

En ce qui a trait au gel, il semblerait d'après plusieurs filles trans que leurs niveaux fluctuent quand même pas mal à l'intérieur des 24 heures tandis qu'avec les timbres, ce serait généralement bcp plus stable.

Helena a écrit:
Je me suis même demandé si le traitement ne fonctionnait pas mieux si on reproduisait un cycle menstruel sur une journée de 24 h, avec une prédominance d’œstrogènes en première partie de journée et un pic de progestérone en fin de journée, au lieu de chercher à avoir des taux hyper-stables ?? Grande question.


D'après moi, le cycle menstruel n'est pas un idéal ou un phénomène qui devrait survenir tellement de fois au cours de la vie d'une femme. Je m'explique. Pas l'idéal car il entraîne des fluctuations des niveaux des hormones et cela peut avoir un impact négatif sur la personne, comme par exemple sur son humeur (i.e. PMS). Apparemment, qu'aussi, cela peut entraîner (selon certains experts) une plus grande fréquence de prolifération cellulaire qui augmenterait le risque de mutations et l'apparition de cellules cancérigènes (i.e. cancer du sein). Également, certains autres croient que l'estradiol pourrait prévenir le cancer, est protecteur alors d'avoir des phases où l'estradiol est moindre pourrait rendre le corps plus susceptible, qui sait?

Mais, surtout, la chute des hormones à tous les mois, est, pour moi quelque chose de pas très naturel non plus car si les hormones augmentent, c'est en préparation à la grossesse, et normalement, ce serait le cours normal des choses, que la femme tombe enceinte, que ses niveaux continuent à augmenter, qu'elle accouche, qu'elle allaite son bébé pendant quelques années et qu'ensuite ça recommence et qu'elle tombe enceinte encore, etc. Cela semble être le cycle plus naturel que d'avoir des hauts et des bas si souvent à tous les mois et je dis ça purement d'un point du vue biologique, rien à avoir avec la morale. Je ne passe pas un jugement mais je me demande tout simplement si cette cyclicité mensuelle de hauts et de bas est vraiment bénéfique ou plutôt néfaste pour la femme biologiquement parlant.


Helena a écrit:
Tout ce que je sais, c'est que les filles qui cherchent à reproduire le cycle menstruel féminin à la lettre sur 28 jours se prennent la tête et subissent beaucoup d'effets négatifs à cause de ces trop grandes variations (comme les femmes biologiques, en fait).


Exactement!
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 08/07/2014 16:40:05    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

4- EXAMENS APRÈS DEUX MOIS DU TRAITEMENT CI-DESSUS (5 juillet 2014) :

Testostérone = 0,16 ng/mL (valeurs de référence 2,49 à 8,36)
Prolactine sérique = 22,48 ng/mL (valeurs de référence 4,6 à 21,4)
Œstradiol = 50 pg/mL (valeurs de référence 8 à 43 chez un homme)
Progestérone = 4,17 ng/mL (valeurs de référence 0,2 à 1,4 chez un homme)

Je suis contente pour la testostérone qui a bien baissé et se trouve au minimum des valeurs normales moyennes pour les femmes. L'ANDROCUR a été efficace. Seul problème, déjà signalé plus haut, des effets indésirables. Première chose : je vais laisser tomber tous les médicaments génériques (premier mois avec du "vrai" ANDROCUR, tout était OK; puis le pharmacien m'a refourgué deux boites différentes de génériques de l'ANDROCUR, et c'est là que j'ai commencé à aller plus souvent aux toilettes). D'après ce que j'ai lu, les médicaments génériques, ce n'est pas terrible. Deuxième chose : si ça ne marche pas, je vais peut-être pouvoir envisager de passer de 50 mg à 25 mg, vu que mon taux de testo est déjà bas. Troisième option : si vraiment l'ANDROCUR continue à me faire ch*** (...), je vais être obligée de me pencher vers d'autres alternatives.

La prolactine a augmenté, normal et prévisible, mais rien d'alarmant pour l'instant, à mon sens.

En revanche, je ne comprends pas ce qui s'est passé avec l’œstradiol dont le taux a chuté de moitié. Là, j'avoue que j'étais déçue. Et en même temps, certains indices auraient dû me mettre la puce à l'oreille. Par rapport au tout début de traitement, je ne grossissais plus, j'avais quelques bouffées de chaleur alors qu'avant j'étais devenue frileuse, et enfin, quand je me regardais dans la glace, je n'avais plus cette impression troublante de féminité. Qu’est-ce qu'il s'est passé ? Mystère. Je vois l'endocrino demain, j'aimerais qu'elle m'augmente un peu les doses (3 mg en 6 pressions au lieu de 2 mg en 4 pressions).

La progestérone est élevée, comme dans une phase lutéale. D'après ma courbe, comparativement, il doit y avoir un pic à environ 50 ng/mL deux heures après la prise d'une gélule de 200 mg. Cela me semble satisfaisant. Peut-être qu'en prenant deux fois 100 mg, j'aurai un pic à 25 ng/mL, concentration haute typique d'une phase lutéale. EDIT : je n'entrerai pas dans le détail de ces calculs théoriques.

Voilà, en résumé, une bonne nouvelle, la testostérone a chuté, une moins bonne nouvelle, l’œstradiol aussi.



PS : j'ai aussi réalisé un "test" de mes capacités sexuelles. Érection presque parfaite si stimulation régulière et concentration mentale soutenue. Une fois installée, la libido est assez forte pour me pousser à aller jusqu'à l'orgasme (un quart de dès-à-coudre de sperme transparent). Presqu'aucune dysfonction érectile à ce stade. Étonnant, non ?
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 08/07/2014 17:22:21    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Quelques commentaires:


* l'androcur a tendance à faire augmenter la prolactine, d'après certaines études et plusieurs filles transsexuelles notent une augmentation significative lorsque sur l'Androcur. Mais, ton niveau me semble quand même dans les valeurs pour l'instant, alors c'est une bonne nouvelle.
* les niveaux d'estradiol et de progestérone ont tendance à fluctuer, surtout quand l'estradiol est prise par gel et la progestérone oralement, d'après ce que j'ai pu lire au cours des dernières années. Alors, de prendre le niveau à un moment donné de la journée n'est pas une bonne indication, je pense, des niveaux moyens de l'hormone au cours des 24 heures
* les niveaux de progestérone, d'après ce que j'ai pu lire dans plusieurs études, surtout quand prise oralement, ont tendance à varier bcp d'une personne à une autre alors d'assumer que ton taux est de 25 , etc...est pure spéculation. Il faudrait prendre une prise de sang à toutes les heures les premières 4 heures après la prise de l'hormone pour avoir une idée plus précise du pic. Une étude, par exemple, avait noté des niveaux maximums de 15-600 ng/ml chez des participants tous sur la même dose de 300 mg. 
* le niveau de progestérone à 4.17 ng/ml est assez bas si on se fie aux quelques références que j'ai obtenues, il semble que les niveaux durant la phase lutéale varient de 3-25 ng/ml en moyenne mais qui sait vraiment quels sont tes niveaux moyens??
* bouffées de chaleurs et être frileuse (une pauvre circulation sanguine?) peuvent parfois indiquer un manque d'hormones sexuelles mais pas nécessairement. À ton docteur de confirmer et de t'indiquer si c'est le cas. Je spécule et je ne suis pas un docteur. 
* l'important, je crois, sont ton bien-être et tes résultats au niveau de la féminisation. Un bon docteur saura, je pense, ajuster tes dosages pour s'assurer de cela dans la mesure du possible, sans mettre ta santé en danger . Si tu ne te sens pas bien et que tes résultats sont pas bons, alors il serait peut-être bien d'en aviser ton docteur. Les niveaux peuvent parfois aussi être trompeurs, surtout dans ce cas-ci alors que les niveaux peuvent fluctuer quand même assez au cours d'une journée ET également, un certain niveau peut convenir à un comme il ne peut convenir à un autre. Chaque personne est différente. Alors, si, en général, tu te sentais bien et tu notais de bons résultats, je ne verrais pas de raison pour changer ton régime mais, à toi et ton docteur de décider ensemble. Juste une suggestion et mon opinion personnelle. 

Merci pour nous avoir aviser de tes résultats. Et j'espère que mes commentaires sont bien reçus.


Dernière édition par krikri le 08/07/2014 18:22:50; édité 4 fois
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 08/07/2014 17:38:13    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Il est certain que tout cela n'est que pure spéculation ou tentative d'explication. Le niveau de progestérone est mesuré 10 heures après la prise d'une gélule, c'est peut-être pour cela qu'il est plutôt bas (idem pour les œstrogènes pris 20 heures avant le prélèvement sanguin).

Je saurai dès demain ce qu'en pense mon endocrinologue.

Merci Krikri : dans un domaine d'étude aussi récent et peu connu que les THS destinés aux personnes transsexuelles, tout témoignage est le bienvenu.
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
Helena
petit papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Juin 2014
Messages: 144
Localisation: Paris - France
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Augmentation mammaire: Fait

 MessagePosté le: 09/07/2014 16:00:24    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Bon, ça se confirme : ce sont bien les excipients de ces foutus médicaments génériques qui étaient responsables de mes maux. Je ne sais pas si vous avez cette politique de santé économique au Québec, mais en France, c'est assez pénible : on fait tout pour forcer les gens à acheter ces médicaments plutôt que les originaux. Je conserve le "vrai" ANDROCUR à 50 mg pour l'instant.

Pour les œstrogènes, j'ai été augmentée d'une à deux pressions (en gros, je devrai atteindre le maximum conseillé de 3 mg en transdermique).

La progestérone, on n'y touche pas. Je prendrai 100 mg vers 10h00 et 100 mg vers 22h00, au lieu de 200 mg d'un seul coup.
_________________
Helena v. 1.0.2, v. 0.9.2, v. 0.9.1 (en chantier) - Sortie prévue milieu ou fin 2015 - Rectificatif : sortie reportée au printemps 2016
 
krikri
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 1 119
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 09/07/2014 19:43:55    Sujet du message: Hormonothérapie Helena. Répondre en citant Back to top

Je prends aussi la progestérone deux fois par jour, toujours après un repas. C'est bien que tu as finalement compris c'était quoi le problème avec le cyprotérone, heureuse que l'affaire soit réglé et j'espère bien que l'augmentation des œstrogènes te conviendra.
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Hormone Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Cobalt 2.0 phpBB theme/template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com