D'un autre Genre  Index du Forum D'un autre Genre
forum pour Transsexuel(le) du Québec


Questions existentielles avant les hormones

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Le salon de discussion -> Transsexualité
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Alexandra
chenille

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2017
Messages: 51
Localisation: Longueuil
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 21/05/2017 07:26:26    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Bonjour tout le monde,

J'ai parcouru le forum, en m'intéressant à particulièrement à l'étape des hormones, vu que c'est la prochaine étape pour moi.

J'ai remarqué que pour la plupart d'entre nous, les témoignages semblent concorder : nous avons toutes hâte de les prendre, nous voyons les hormones comme une forme de libération, et il y a un enthousiasme certain à l'idée de passer enfin aux choses sérieuses.

Mais j'ai l'impression que les choses sont un peu différentes pour moi, en tout cas plus nuancées, et je me demandais si c'était juste moi :

Pour faire simple : même si une partie de moi a effectivement hâte de commencer, une autre partie a aussi peur. Peur d'être moche, peur de ne pas être crédible, peur de faire une bêtise, peur d'être en train de délirer totalement etc etc.

Pourtant :
- on me dit souvent que je suis plus mignonne en fille qu'en garçon (et je suis d'accord)
- il y a plein de femmes trans qui assument qu'elles ne seront pas parfaites, après tout, même moi je me dis qu'il vaut mieux assumer d'être imparfaite que de complexer sur le fait de ne pas être stealth
- même si j'ai peur de faire une bêtise, je sais que je suis malheureuse en garçon et pas bien dans ma peau. On me dit que mon visage s'illumine quand je suis en fille, que j'ai l'air tellement plus heureuse, épanouie, et positive, alors qu'en homme je suis une personne anxieuse, négative et pessimiste. J'ai pris conscience que je n'ai plus beaucoup de choix en réalité : transition ou lente descente dans la dépression. Mais l'anxiété me mine, et si je me dis que je ne devrais pas transitionner, le désespoir s'empare de moi... ce qui en principe est le signe que je devrais justement transitionner. Du coup je me roule en boule dans mon coin et je me mets à pleurer comme une gamine malheureuse.

Malgré tout ça, malgré le masculin qui semble parfois faire de la résistance, je continue de vouloir aller de l'avant. Il me freine, mais n'arrive pas à renverser la vapeur. Oui je suis anxieuse à l'idée de tout chambouler dans ma vie. Et pourtant j'ai hâte que ça commence. Pour enfin mettre ma vie sur le bon chemin. Pour enfin être moi-même.

Ca fait 3 semaines que je n'ai pas de temps pour être moi-même parce que mon travail a été très exigeant et je sens que mon niveau de stress a augmenté de façon exponentielle. Ok, la pression du travail a une bonne part de responsabilité dans mon niveau de stress, mais je sens aussi que de ne pas avoir eu le temps d'être moi-même a probablement un impact terrible qui me mine et augmente mes angoisses.

La question est donc : c'est juste moi ? Ou certaines d'entre vous sont aussi passées par là ?

Merci
_________________
Alexandra

Ma féminitié est ma lumière intérieure.
 
Publicité






 MessagePosté le: 21/05/2017 07:26:26    Sujet du message: Publicité Back to top

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Alina.L
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2016
Messages: 414
Localisation: Cowansville
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 21/05/2017 11:35:31    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Salut Alexandra! Je dois te dire qu'il y aura toujours une forme de doute dans plusieurs étapes de ton cheminement. Les dysphories que tu vies n'aident pas. Je considère ça normal. J'en ai eu et j'ose croire que tous les êtres humains de ce forum en ont eu une certaine forme aussi. Si tu te relis, je crois que tu te réponds aussi à toi-même. Tu sembles t'être déjà convaincue. Tu ne pourras jamais vraiment savoir si tu obtiendras de bons résultats sans faire le parcours non plus. Tu le dis ça aussi. Ensuite, après quelques mois ou quelques années d'hormonothérapie, d'autres démarches peuvent être effectuées. Alors, y-a-t-il vraiment des limites à ce qu'on peut faire dans la transition? C'est toi-même qui les décideras. Je persiste à croire que c'est dans l'état psychologique qu'il faut y mettre de l'effort, car c'est ce qui te gardera debout et c'est ce qui fait que tu rayonneras au final aussi. Alors, courage et fonce, car tu sembles le vouloir d'une façon évidente ma chère!
_________________
À plus!

Alina
 
Audrey
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2016
Messages: 1 009
Localisation: Drummondville
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 21/05/2017 12:14:43    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Alexandra

Je suis passe par la

la premiere chose a te demander c'est : quel est mon principal besoin et a quel niveau j'en ai besoin ?
si la reponse est : de vivre en tant que femme et quoi qu'il arrive alors tu te rend compte que de toute facon tu n'as pas le choix de le faire , peu importe les consequences ou les resultats au niveau physiques ...

on le fait point . le plus important etant d'etre bien dans notre peau d'abord et avant tout ... il ne sert a rien de ne pas transitioner et de garder notre belle aparence si c'est pour etre aigris sur le long terme et perdre tout les gens qu'on aime ... alors vaux mieu se lancer dans l'aventure et etre heureuse .. malheureusement personne ne peut predire ce que donnera l'hormonotherapie mais je peux te certifier que si tu es bien dans ta peau tu auras tout le monde qui colleront a toi comme des mouches

il y a des gens superficiels , qui aiment les gens pour leur apparence uniquement mais a t'on vraiment besoin de ce genre d'amis ?
la plupart des gens ne regardent pas a l'apparence et preferent se tenir avec des gens equilibres et bien dans leur peau..

je te rassure , je te trouve deja tres jolie et personnelllement je ne vois pas comment la hrt (hormonotherapie) pourrait donner un resultat decevant .. ca ne fera qu'adoucir les traits et amplifier les caracteres feminins

si on analyse bien la situation et a moins que je ne me trompe .. tu n'es pas bien avec ton pendant masculin , tu t'habille deja en femme et en retire du plaisir , tes emotions a l'interieur de toi sont plutot feminines , tu ne te vois pas continuer toute ta vie en etant masculin etc etc .. si c'est bien le cas alors de toute facon tu n'a pas vraiment le choix .. il va falloir faire le saut un jour ou l'autre afin que ton corps corresponde a ce que ton esprit est a l'interieur de toi

maintenant que l'on a determiner cela .. le reste devien secondaire ..

le moteur premier de toute transition devrait toujours etre d'etre bien dans sa peau .. ensuite le coter esthetique est secondaire , si l'esthetique est au rendez-vous alors tant mieu .. certaine en heriteront plus que d'autre mais il n'est pas bon de trop chercher a se comparer ... quand on est soi meme et bien dans sa peau le but est attein .

moi de mon coter j'ai du passer de longue journees , semaines , mois sans pouvoir exprimer ma feminitee et ca ete un calvaire
exemple : je travaille dans un milieu tres macho et masculin (camionnage) et il a fallu au debut que je me modere afin de ne pas effaroucher les autres a l'entour de moi , ensuite il y a eu ma famille qui a fallu que je menage un certain temps car j'allais trop vite pour eux et plus recemment la ''post chirurgie'' .. apres la chirurgie je suis revenue a la maison mais avec 4 dilatations a faire par jour , tout les jours , ca aurait signifier : habille / deshabille / habille / deshabille (sans parler de : mettre ma perruque et de l'enlever a chaque fois) a repetitions , un nombre incalculable de fois durant des mois ... le plus simple a ete de mettre une jaquette .. pas de petite culotte , pas de brassiere , pas de perruque et ainsi d'etre prete a faire les dilatation requises en un minimum de temps

ca a durer 4 long mois , 4 mois ou je n'ai pas pu etre feminine ... l'enfer jte dis pas !!!!!
j'avais l'impression de ne plus etre moi-meme , je devenais deprimee et colerique , ma blonde a du etre forte pour me soutenir et passer au travers de ma mauvaise humeur ... ca me sapais le moral

maintenant que je me donne 2 dilatation il me reste plus de temps pour la coquetterie .. une dilatation vers 9 am .. une autre vers 8 pm .. et maintenant je peux vivre ma vie de femme entre ces 2 dilatation .. oufff comme c'est liberateur Mr. Green

je te comprend , ne desespere pas , si tu ressens le besoin de discuter je suis la et les autres membres aussi le sont aussi

tu n'es pas seule dans cette situation ... et tu n'es pas seule

la poursuite de nos reves demande de nombreux sacrifices mais sur le long terme tout rentre dans l'ordre et apres la chirurgie et les soins post-chirurgicaux ca se calme graduellement pour ne laisser place qu'a ''notre vie de femme'' ... garde a l'esprit ce but et ne le lache pas des yeux .. chaque jour qui passe , chaque avancee t'en approche et un jour tu sera au meme point que nous toutes (les femmes post-op , que ce soit avec ou sans la chirurgie selon ton desir) .. tu sera liberee et libre de vivre ta vie de femme sans aucune entraves ni rien pour miner ton bonheur

tout ce qui en vaut la peine demande des sacrifices ... ce qui en vaut d'avantage la peine demande des sacrifices encore plus grands

N'abandonne pas xxx
_________________
Audrey
 
Alexandra
chenille

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2017
Messages: 51
Localisation: Longueuil
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 21/05/2017 17:36:19    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Merci beaucoup pour ces paroles réconfortantes.

Je sais que quel que soit le chemin que je vais choisir, aucun des deux n'est réellement facile.

Mais au moins quand on choisit la transition, il y a de la lumière au bout du tunnel. Alors que si je ne fais rien, ce sera comme maintenant et même pire.
_________________
Alexandra

Ma féminitié est ma lumière intérieure.
 
Audrey
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2016
Messages: 1 009
Localisation: Drummondville
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 21/05/2017 19:49:46    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Alexandra

..... Le VRAI gros probleme selon moi , et il est de taille ...

c'est que si tu ne fais rien (et tu en as parfaitement le droit) .. c'est qu'a un moment tu n'en puisse plus et qu'une fois rendu a ce moment la tu veuille que les choses bougent mais malheureusement tu auras tout a faire a partir du debut et a subir tout les delais .. 6 mois avant la hrt ... 6 mois avant les lettres des psys .. delais pour rencontrer le deuxieme psy .. delais avant la chirurgie (si la chirurgie est desiree)

quelque fois il es bon d'attendre mais il faut garder a l'esprit que plus on attend et plus on doit parcourir de chemin une fois qu'on a decider d'avancer et a ce moment la si on a attendu jusqu'au moment ou on n'en peut plus alors ca signifie d'endurer peut etre 1 ans et demi , 2 ans avant que les choses soient finies et c'est le calvaire .. on veut que ca avance , on n'en peu plus mais il faut respecter les baremes etablis meme si on se sent prete a 200% ...

rien ne t'empeche , si tu le souhaite , de prendre un peu d'avance .. de rencontrer un psychologue et d'avancer dans tout ce qui n"implique pas de changements permanents .. exemple : rencontrer le psy durant 1 ans si tu le desire ... mais au moins le jour ou tu decide de franchir le cap tu auras deja tout les criteres d'acumules pour la hrt et/ou la chirurgie (ou peu s'en faut) .. rien ne t'empeche de dire a ton psy : pas tout de suite je ne suis pas prete (mais pendant ce temps la ''tu accumule tes timbres'' si je peux m'exprimer ainsi) ...

loin de moi l'idee de te pousser dans un sens comme dans l'autre , tu es libre
mais je dis cela seulement pour que tu sois consciente que c'est une chose possible que la dysphorie prenne de l'ampleur et que tu sois coincee dans le systeme a ce moment la

de mon coter j'ai ete tres vite avec tout ce qui etait psychologique mais a un moment donner je desesperais que les choses avancent plus vite et je me suis surprise a penser que si j'aurais debuter ma transition juste 6 mois plus tard j'aurais viree completement folle parce qu'au moment ou ''l'urgence de changer'' s'est installee dans mon esprit c'est la que je voulais que ca change et je n'avais pourtant pas perdu de temps .. juste les delais normaux .. pourtant a mes debuts j'arretais pas de dire a tout le monde , meme a mon psy , que rien ne pressait .. que ca ne me derangeais pas tant que ca lolll ... et la dysphorie a pris de l'ampleur , comme ca tout d'un coup ...

c'est juste une idee
_________________
Audrey
 
Alexandra
chenille

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2017
Messages: 51
Localisation: Longueuil
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 21/05/2017 22:08:58    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Ah je ne fais pas rien, je te rassure : je consulte ma psy depuis déjà plusieurs mois.

Et en principe je suis bonne pour les hormones, c'est quand je me sens prête.

Mais voilà, voilà... j'en ai envie mais en même temps ça me fait peur, d'où mon premier message un peu plus haut.
_________________
Alexandra

Ma féminitié est ma lumière intérieure.
 
Élise
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 18 Fév 2015
Messages: 352
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 12/06/2017 21:12:23    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

La dysphorie est qualifié par un niveau de souffrance trop élevé pour être vécu à long terme.
Si tu es rendu là s'est forcément que ton niveau de dysphorie te rend mal.
Alors poses-toi la question: Si je t'enlevais les béquilles que tu prends (prénom et pronom féminin, vêtements, maquillage), serais-tu capable d'apprécier la vie?

Aujourd'hui, faire une transition c'est un peu "À la carte". Si tu te sent prête, tu peux commencer le HRT doucement. Tu verras alors comment tu te sent. Nul besoin de crier sur tout les toits ta transition, tu peux juste voir comment tu te sent sous hormones.

J'était comme toi. Anxieuse, dépressive et lourde. Je ne voyais rien au positif et même le positif ne me faisait pas de bien. J'avais beau bien manger, faire du sport et faire attention à moi, la vie s'était de la marde. On me surnommais "Bougon"...
Mais pour ma part, la lourdeur que j'éprouvais c'est évaporée vraiment rapidement dès le début du HRT. À ce moment j'ai su que j'était sur la bonne voie. Personne n'est certain(e)s avant de commencer et tout s'arrête au besoin.

J'abonde dans le même sens que Audrey, le corps d'homme, mais surtout le mental que tu as présentement, si tu ne l'aime pas, si il te fait souffrir, il ne te rendra pas heureux(se) dans le statue quo. Aussi il est très vrai, et c'est bien documenté, que l'envie de vivre dans son genre d'adoption augmente dès qu'on as commencé et lâché prise de nos peurs. Aussi, comme le dit Audrey, quand on as décidé, les choses ne vont jamais assez vite... alors commencer tôt et doucement est une approche saine à mon avis.

Moi personnellement, j'avais un beau corps d'homme. Le corps ne me faisait pas souffrir mais la peur de m'ostraciser en faisant une transition était énorme. Toutes mes peurs et mes angoisses se sont révélées non fondées. Qui plus est, la paix intérieure amenée par les hormones m'as donnée une force que je n'avais jamais eu en moi et ça me permet aujourd'hui de passer par dessus les problématiques qui se pointent dans ma transition.
Dire que c'est facile, ça serait archi-faux. Prétendre que tout est rose et que tu deviendra la femme dont tu rêves est probablement utopique. Mais d'arriver à trouver un corps et un mental que tu aimes à travers la transition, ça j'y crois énormément.

Je suis à plus de 2 ans de HRT, je vois clairement que je n'atteindrai pas les buts fixés au départ. J'ai commencée ma transition à 42 ans et les séquelles de masculinités sont partout sur mon corps et dans mon esprit et malgré ça, je me sent bien, je me sent à ma place. J'ai le droit de vivre - enfin.

(désolée pour le PepTalk, ça me fais parfois du bien de mettre en mots mon cheminement, ça m'aide à me comprendre )
 
Marcell
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 29 Sep 2012
Messages: 338
Localisation: Gaspésie ,Grande -Rivière
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui

 MessagePosté le: 13/06/2017 06:26:35    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Bonjour Élise

Merci pour ce beau témoignage de ton cheminement .Paix et Joie dans tout ton être .Marcelle
_________________
Pour moi le bonheur c' est de reflèter la féminité de mon âme ,dans l'Amour véritable , de tout mon être .
 
Audrey
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2016
Messages: 1 009
Localisation: Drummondville
Sexe: Femme, MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait
Vaginoplastie: Fait

 MessagePosté le: 19/06/2017 17:22:39    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Elise

beau temoignage , ca rejoin ma pensee Mr. Green
_________________
Audrey
 
Alexandra
chenille

Hors ligne

Inscrit le: 23 Avr 2017
Messages: 51
Localisation: Longueuil
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui

 MessagePosté le: 19/06/2017 21:28:46    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Merci Elise,

C'est un témoignage très inspirant.

Je me sens parfois stupide de ne pas réussir à aller de l'avant plus vite. Je suis la seule à me freiner comme ça. Mon épouse me pousse à commencer le plus vite possible, elle ne vit pas le statu quo mieux que moi en fait, et elle préfèrerait vraiment que les choses commencent à bouger. Même si elle est aussi peur que moi du regard des autres, alors qu'au fond... je sais bien que les gens s'en fichent, perdu qu'ils sont dans leur bulles et leurs propres soucis quotidiens.

Ma psy m'a demandé de quelle manière j'aimerais faire mon premier pas. C'est la réflexion de la semaine. Trouver ce que c'est. Le faire. Et c'est parti !

Et penser positivement. Pas facile. Mais il le faut.
_________________
Alexandra

Ma féminitié est ma lumière intérieure.
 
Alina.L
grand papillon

Hors ligne

Inscrit le: 26 Fév 2016
Messages: 414
Localisation: Cowansville
Sexe: MTF
Suivi psy: Oui
Hormoné(e): Oui
Changement de nom: Fait
Changement de mention de sexe: Fait

 MessagePosté le: 20/06/2017 16:37:53    Sujet du message: Questions existentielles avant les hormones Répondre en citant Back to top

Tu es capable Alexandra! Prends une bonne grande respiration et fonce! Fais-toi confiance!
_________________
À plus!

Alina
 
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    D'un autre Genre Index du Forum -> Transsexualité Toutes les heures sont au format GMT - 4 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Cobalt 2.0 phpBB theme/template by Jakob Persson.
Copyright © 2002-2004 Jakob Persson


Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com